The

Clothing

Kit

RETOURS FACILES & 

LIVRAISON OFFERTE* DÈS 80€

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle

* en France métropolitaine

 ©2019, The Clothing Kit

L'enfer des tailles de vêtements : pourquoi c'est si compliqué ?

April 14, 2017

"Pourquoi je fais du M chez Uniqlo et du S chez GAP ? "

"Pourquoi certaines marques taillent petit et d'autres taillent grand ?"

"Pourquoi T40 = M/L= T8 ??"

 

 

 

Alors que les tailles sont sensées nous permettre de choisir un vêtement qui nous va, elles se révèlent souvent incompréhensibles et surtout inexactes. Pourquoi ? 

Si l'accumulation d'explications peut faire paraître la situation un peu désespérée, heureusement, des solutions semblent doucement se dessiner. 

 

Pourquoi les tailles de vêtement c'est si compliqué ? Plusieurs options : 

 

a/ Notre corps change d’une marque à une autre.

b/ C’est une conspiration émanant de l'alliance francs-maçon / reptiliens / grand capital. 

c/ Les marques s’en foutent 

d/ C'est la faute du gouvernement

 

Je vous le donne en mille, c’est bien un mix de c et de d. 

 

 

L'impossible uniformisation par l'Union Européenne

 

Vous avez surement déjà remarqué : les étiquettes de nos vêtements indiquent souvent non pas une taille, mais plusieurs, en fonction de pays.

 

 

Voici un tee-shirt dont l'étiquette indique la taille européenne, américaine, canadienne et chinoise.. 

 

 

En effet les systèmes de taille diffèrent d'un pays à un autre. Ils ne sont pas uniformisés. Il en existe donc plusieurs, y compris au sein de l'Union Européenne. Mais sachant que le but de l'UE est d'unifier... pourquoi avons nous encore des systèmes disparates en Europe ? 

 

Il faut déjà savoir que le règlement sur les produits textiles de l’Union Européenne n'oblige pas à indiquer la taille d'un produit, seulement 

sa provenance et sa composition.


Une tentative d'uniformisation est cependant en cours, il s'agit de la norme EN 13402. Cette norme définit comment mesurer les vêtements et établit un code correspondant à chaque mesure. Enfin ça c'est le plan...

Lancé au début des années 2000, ce projet en 4 parties, n'a jamais été terminé... Une mouture finale a été proposée en 2005 et rejetée par les acteurs de l'industrie textile sans qu'on ne sache trop pourquoi... 

 

Mais rassurons nous, les travaux seraient toujours en cours, d'après la réponse à une pétition de demande d'uniformisation des tailles déposées auprès de l'Europe en 2013 . En effet il y est indiqué que « les travaux d’uniformisation devraient être terminés le plus rapidement possible" et qu'ensuite une application pourrait être envisagée... 

 

Sauf qu'on attend toujours.

 

Bref, on est pas prêt de trouver une solution du coté de l'UE !

 

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission Européenne 

 

 

Des marques qui n'ont pas vraiment intérêt à uniformiser

 

Le vrai soucis est que la plupart des marques ne semblent pas vraiment vouloir régler le problème.

 

En effet, les tailles c’est plutôt galère coté logistique : plus il y a de tailles, plus ça coûte cher à produire et plus c'est compliqué, il faut prévoir les bonnes quantités...etc. 

Le rêve : le vêtement taille unique qui irait à tout le monde..

(on a déjà croisé ces vêtements taille unique (TU) c’est toujours une bonne blague.. #coucou aux magasins de la rue du Faubourg du Temple !!). 

 

Le rêve de l'industrie du prêt-à-porter 

 

De plus ce manque de précision des tailles c'est plutôt intéressant économiquement. C'est un outil de rétention : il est plus pratique de retourner là où on connait déjà sa taille plutôt que de devoir aller chercher ailleurs. Et la priorité de beaucoup de marque étant de nous faire venir en magasin, quoi de plus convainquant que la nécessité de devoir essayer les vêtements ?

 

Autre point : les marques utilisent depuis longtemps les tailles comme outil marketing. La bonne idée ? Réduire la taille affichée des vêtements en conservant les même dimensions : en 1937 une femme avec un buste de 81cm, portait du T14, en 1967 du T8 et aujourd'hui une taille T0 (soit du 34 ou XS en taille française). (1)

Cette méthode à un nom, il s'agit du vanity sizing. En effet, faire rentrer les clients dans un T38 quand ils font normalement du T40, ça les rend heureux du coup ils achètent et ça ne coûte pas cher ! 

 

Infographie du NY Times sur les dimensions correspondant à la taille 8 dans différentes marques.

 

 

Voilà qui a un peu plus contribué à mettre le bazar. Résultat chaque marque a sa propre nomenclature, un peu secrète, basée sur on ne sait pas trop quoi... 

 

Et dernière pierre à ce bel édifice : le contrôle qualité des chaînes de fabrication. Admettons même que tout le monde se soit mis d’accord sur un système de taille de folie... Encore faut-il que les vêtements fabriqués soient conformes aux plans prévus !

Or il suffit qu'une machine ne soit pas bien réglée et paf : une série de t-shirt S un peu grande... Si la marque ne remarque pas le défaut ou pire, l’accepte au prix d’une ristourne, et bien on se retrouve en magasin avec des tailles de vêtements fluctuantes, pour un même type de vêtement, au sein d'une même marque ! 

C'est pas beau ça ? 

 

Bon... Mais qui va nous sauver ?? 

 

 

Des changements économiques qui pourraient bouleverser la donne ! 

 

Voici pourquoi tout espoir n'est pas perdu : 

 

Déjà il y a quand même des marques qui ont un peu de considération pour leurs clients et qui font les choses bien : l'enseigne Marks & Spencer par exemple est réputée pour sa précision et sa fiabilité dans les tailles de leur vêtements.

(Par contre ils sont très volatiles en terme d’ouvertures et fermetures de magasins, du coup on ne sait plus trop si ils vendent des habits en France...). 

 

Autre espoir : les start-up ! En effet de nos jours, à chaque problème, sa start-up et l'enfer des tailles de vêtement ne fait pas exception : équivalences inter-marques, mémorisation des mensurations, body scanning... de multiples pistes sont explorées. Fitle par exemple permet aux acheteurs en ligne de scanner leur corps pour connaître et mémoriser leurs mensurations et indique la taille à choisir au moment de l'achat.

Si bon nombre d'autres équipes bossent également sur le sujet en France ou à l'étranger (Same sizeFits.meFitizzy...etc) La volatilité des tailles au sein même des marques rend ce travail compliqué...

 

Heureusement même de ce coté il y a du nouveau : les marques pourraient commencer trouver un intérêt économique à uniformiser les tailles.

En effet, la vente online étant le seul canal de distribution en croissance dans une industrie du prêt-à-porter en berne, les marques y consacrent davantage d'attention... (+10% de 2014 à 2015 vs -0,2% pour l'ensemble du secteur sur la même période (2)).

Or cette incertitude des tailles coûte très cher en frais de retours : 194 millions de dollars en 2010 aux USA, soit plus de 8% du chiffre d'affaires généré par l'ensemble du secteur (3).

Il va donc devenir plus intéressant économiquement de régler le problème...

Et à défaut de le faire pour améliorer l'expérience de leurs clients, on peut être sûr les marques le feront pour améliorer leurs résultats ! 

 

Cela dit, tous ces changements sont lents à venir. Alors en attendant, le plus simple reste encore de trouver des marques de confiance qui font attention à la continuité de leurs tailles et qui sont transparentes sur le sujet.

 

Good luck ! 

 

 

(1) Source : The New-York Times 2011 One size fits nobody : Seeking a steady 4 or a 10

(2) Source : Etude En mode digital - Ed 16 IFM par l'IFM et la FEVAD. 

(3) Source : National Retail Federation

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload

Archives
Please reload

Recherche par Tags
Please reload

Suivez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Instagram Social Icon